TRAVERSÉE DU BAC DE ROSSO : LA MAURITANIE HAUSSE LES TARIFS

(Seneplus) La traversée du bac mauritanien, à partir de Rosso Sénégal, devient très compliquée pour les transporteurs sénégalais. Et pour cause, les autorités mauritaniennes viennent de procéder à l’application de nouveaux tarifs sur le coût de la traversée du bac pour les véhicules sénégalais. En effet, elles ont augmenté les prix, rendant ainsi très compliquées les choses pour les transporteurs sénégalais qui dénoncent la mesure.

«La Mauritanie a procédé à l’application de nouveaux tarifs qui vont entrer en vigueur à compter au 1er novembre 2015. Ce changement effectué notamment sur les tarifs du bac pour les camions à partir de 10 tonnes. La traversée passe désormais à 25 000 francs de leur monnaie, le ougouya. La précision est de taille, car 25 000 francs Cfa pour la monnaie de la Mauritanie, c’est l’équivalent de 50 000 francs Cfa», a fustigé Pierre Mbakhane Gomis, le Secrétaire général du Syndicat des transports terrestres du Sénégal.

Mais ce passage quasiment du simple au double des tarifs n’est pas le seul souci des transporteurs sénégalais avec la liste des nouvelles mesures arrêtées par Nouakchott. «Le point le plus inquiétant pour nous transporteur, c’est qu’il était convenu qu’on ne doit pas toucher le contrat sur les accords routiers entre la Mauritanie et le Sénégal. Et cela, tant qu’il n’y a pas de concertation. Or, nous avons reçu cette information de façon non concertée. Puisque nous n’avons pas été associée à la prise de cette décision, comme c’était convenue», a-t-il souligné.

Et ce n’est pas là le seul problème avec la partie mauritanienne. Car dans la série de mesures, il y a également celle qui porte sur le dépannage en cas de soucis mécaniques. «Dans la liste des mesures, ils nous disent que maintenant, tout véhicule qui tombe en panne sur le bac, on lui donne 10 minutes pour pouvoir réparer la panne.

Au-delà des 10 minutes, le propriétaire du véhicule est dans l’obligation de payer 10 000 francs Cfa par minute, jusqu’à la réparation du véhicule ou à la descente du véhicule du bac. Vous conviendrez que c’est une décision qui est difficilement acceptable», a relevé Pierre Mbakhane Gomis.

Le Secrétaire général du Syndicat des transports terrestres du Sénégal d’expliquer, en outre, que les autorités mauritaniennes ont aussi décidé que seules les voitures de moins de 5 ans ont désormais la possibilité de traverser le bac mauritanien à partir de Rosso Sénégal». Malgré tout, face à cette situation, les transporteurs sénégalais n’entendent pas croiser les bras. Certes, ils vont se conformer à ces nouvelles tarifications. N’empêche, ils les dénoncent et continueront de le faire.

«Nous allons appliquer ces décisions, malgré nous. Parce que c’est des mesures internationales qui touchent deux pays et on ne pourra quand même pas nous empêcher de dénoncer ces mesures et de dire notre position par rapport à tout ça. Mais on n’a pas d’autres choix que de nous y conformer, tout en espérant que les autorités des deux pays, au plus haut niveau, trouveront la meilleure solution», a-t-il indiqué.

Il faut juste rappeler qu’il y a à peine deux semaines, la commission mixte de coopération entre le Sénégal et la Mauritanie s’est tenue à Dakar, en présence des Premiers ministres des deux pays. Il avait été alors annoncé la construction prochaine d’un pont sur le fleuve Sénégal, à hauteur de Rosso pour faciliter les échanges et la communication entre les deux pays.


About the author /


Post your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *